Hot Pants

Joint de Culasse…. Los Carayos…

Choose your language for this page :



Hot Pants 1

Fahrenheit Concerts, MJC Issy, 1986.

« Si HOT PANTS avait été une voiture ce serait une vieille Buick des années 50 stoppée au parking du bar CHICANOS du coin. »

Nancy Jazz Pulsations, du 16 au 26 octobre 1986

Certains diront que ça frise la ringardise ; le groupe en est très fier et crache à la gueule de tous les branchés ventripotents. Les ringards ont au moins la franchise de leur côté. Les Hot Pants n’aiment pas les synthés et les boîtes à rythmes et c’est peut-être ce qui les perdra. Ils ne savent pas calculer.

Leur musique est le rock’n'roll. Le Rythm’n'blues, le Jump et la Patchanga ; d’où que ça vienne, que ce soit d’hier ou d’aujourd’hui. Peu importe. Musique de fête avant tout. Sur scène ils sont les meilleurs ! ! ! Ils sont ce qui se fait de plus spontané et plus fort dans la France du Rock.

Chaque concert doit ressembler à un lacher de taureaux.

Chaque concert est un défi.

Défi aux publics blasés et moroses.

Défi aux groupes mégalos.

Défi aux organisateurs véreux.

L’Express, 11-17 avril 1986 Printemps de Bourges

Le véritable coup de cœur du Printemps, on le doit à un groupe de Paris : en compagnie du guitariste suisse Daniel Jeanrenaud, sous le nom de Kingsnakes, il hypnotisera la salle Sandier, avant de faire tomber à genoux, une heure plus tard, sous le nom de Hot Pants, les 1500 personnes réunies au Forum. Rythm and blues survolté, et assurance scénique digne des plus grands, les Hot Pants arracheront une ovation.[…]

Avis aux amateurs et, aussi, aux professionnels qui refusent de vivre idiots jusqu’au prochain Printemps.

La Dépêche du Midi, 8 février 1985
Les grimaces horribles du batteur, le sourire gamin et moqueur du chanteur, la hargne du bassiste et enfin la mine indescriptible du guitariste quand il se met brusquement, jambes écartées, à arpenter la scène par petits sauts successifs, constituent un ensemble immanquablement jouissif.

Rock Sound, novembre 2000 par Frank Frejnik

« Loco mosquito » regorge de ces moments vibrants où la musique envahit votre corps pour vous secouer intérieurement d’une irrésistible frénésie adolescente. Si le contenu est différent de la world home-made du Chao actuel, il n’est pas si éloigné de Mano Negra par son caractère festif à travers un rock simple et nerveux, mix idéal de R&B torride et de punk-rock primaire, entre Chuck Berry (« Ma dear ») et Joe Strummer (« Junky Beat »), Kingsnakes (« Lazy Pal ») et Stray Cats (« Craw-Daddy »), Milkshakes et Los Lobos…