La Radiolina

… y ahora qué?

Choose your language for this page :



La Radiolina 1

Biographie par Jackie Berroyer

« La resignación es un suicidio permanente ». Le slogan vient en tête de la Radiolina, portion politico-poétique et canal news du site internet : www.manuchao.net. La Radiolina est également le titre de l’album 2007 du même Jose Manuel Arturo Tomas dit : Manu Chao, fils d’un certain Ramon du même nom.

J’ai récemment retrouvé un document télé de 1987 dans lequel, en pur prophète des variétés (s’il vous plait), j’annonçais à la télévision le succès à venir de Manu Chao à un Antoine De Caunes amical et presque attendri par mon enthousiasme.

Ce dernier me disait avant de lancer mon sujet : « tu as fait là un des reportages que tu voulais voir à la télé : sur « les petits les obscurs, les sans grades ? » »…

A l’heure où j’écris ces lignes, je lis dans le Los Angeles Times du 4 juin 2007 que Manu Chao, qui donne l’impression d’être partout chez lui dans le monde, triomphe devant 11 000 fans à la « L.A Sport Arena ».

Moi qui pose aujourd’hui en grand pronostiqueur, j’avoue, bien que le charisme et le talent du jeune homme m’apparaissaient comme évidents, n’avoir pas vu si loin, à cette époque où la Mano Negra n’avait même pas encore donné de concert. Mon reportage passait dans l’émission « Rapido ». En revoyant ce petit portrait, j’entends le commentaire off par la voix de Gilles Verlant : « à vingt quatre ans, dans sa piaule, Manu Chao se repasse les disques de ses héros … ». Et Manu d’expliquer comment il a fait de la musique de certains pionniers son école, et ayant assimilé tout ça, il compose maintenant ses morceaux. Puis il ajoute : « si j’habitais en Espagne je ne ferai pas du rock, en Espagne le rock c’est le flamenco. Là-bas, Camaron c’est un Dieu. C’est le Johnny Thunders de cette musique là, etc ». Vingt ans plus tard, les dieux autodestructeurs, Camaron et Thunders sont physiquement morts. Quant à Manu il vit en bonne santé en Catalogne, et ne se demande plus s’il fait du rock ou du flamenco. Il a bien conscience de faire du Manu Chao. Sans ignorer pourtant, à l’instar des Chuck Berry, Ray Charles, Fats Domino et ceux du monde hispanique, ce qu’il doit à ses prédécesseurs. Car eux non plus ne sont pas tombés du ciel, artistiquement, ceux là aussi citaient souvent leurs influences et ont du se voir reprocher, par ceux qui au présent ne prennent pas très bien la dimension des choses, de ne pas toujours se renouveler. David Byrne qui n’était pas mal non plus avec ses Talking Heads avoue avec humour un brin de jalousie pour les seules réserves qu’il fait dans un élogieux reportage sur un concert de Manu à Brooklyn en 2006…

La suite dans Mysquat, par Jackie Berroyer

 

LA RADIOLINA

sortie le 03/09/2007

Because Music

Tracklisting

1/ 13 Días

2/ Tristeza Maleza

3/ Politik Kills

4/ Rainin In Paradize

5/ Besoin de la Lune

6/ El Kitapena

7/ Me Llaman Calle

8/ A Cosa

9/ The Bleedin Clown

10/ Mundorévès

11/ El Hoyo

12/ La Vida Tómbola

13/ Mala Fama

14/ Panik Panik

15/ Otro Mundo

16/ Piccola Radiolina

BONUS TRACKS

17/ Y Ahora Qué ?

18/ Mama Cuchara

19/ Siberia

20/ Soñe Otro Mundo

21/ Amalucada Vida



> PLAY <
Calle + Tombola acústico