14/09/08

Sahara occidental : L’été est fini pour les enfants sahraouis


Niñas Saharaui L’été est une période propice à la découverte de réalités différentes, pour de nombreuses personnes. Elles quittent les frontières de leur pays, explore une architecture, une langue et des paysages différents. Une vie peut changer radicalement en l’espace d’un été ; le monde n’est en effet pas plat et quitter la vie quotidienne et de la routine met face à de nombreux en dehors de . Parfois, des célébrités visitent « l’autre côté » – des lieux victimes de situations extrêmes, et l’impact que ces visites ont sur eux conduit à un engagement pour une cause. C’est ce que l’acteur Javier Bardem a fait après avoir visité les camps de réfugiés du Sahara occidental. L’acteur « oscarisé » soutient maintenant l’association Todos con el Sahara (Tous avec le Sahara).

Le blogueur Viento del Sur commente la solidarité de l’acteur avec les Sahraouis. Il cite les mots de Javier Bardem lors de sa visite des

camps de réfugiés [en espagnol] :

La situación empeora año tras año. El proceso de paz está bloqueado y eso afecta especialmente a los más débiles. Mujeres, niños y ancianos », señaló Bardem, recordando que hay 200.000 personas que fueron españolas « abandonadas en el desierto desde hace 33 años

« La situation empire année après année. Le processus de paix est bloqué et ceci affecte particulièrement les plus vulnérables – femmes, enfants, personnes âgées » a dit Bardem, en nous rappelant que 200 000 personnes qui furent espagnoles ont été abandonnées dans le désert il y a 33 ans.

Les noms célèbres attirent réellement l’attention sur une cause. Des artistes tels que Manu Chao, l’écrivain Eduardo Galeano et d’autres célébrités ont visité les camps de réfugiés par le passé et soutenu les Sahraouis, comme le rappelle Caminando en el desierto [en espagnol] :

Si estos compromisos públicos sirven para avanzar, aunque sólo sea un paso -que sirven, sin ninguna duda- bienvenidos sean. Y aunque me gustaría que los verdaderos progresos se lograsen con la suma de los pasos individuales de quienes somos simples ciudadanos, debemos reconocer el mérito indudable que tienen estos apoyos.

Si ces déclarations publiques aident à faire avancer cette cause – et c’est le cas – elles sont les bienvenues. J’aimerais que les choses progressent sous la pression des efforts individuels de citoyens lambda, mais nous devons reconnaître l’utilité de ces soutiens.

Saharaui Girl En Espagne, de nombreuses familles accueillent des enfants sahraouis pendant l’été chez eux pour qu’ils découvrent une culture différente dans un environnement plus sûr ( ici, par exemple, des enfants sahraouis à Cordoue) mais en septembre, l’été est fini, et il est temps de dire adieu à leur famille d’accueil, comme pour Amigos del Sahara [en espagnol] :

los niños saharauis han acabado sus vacaciones en extremadura

y han vuelto a Tindouf.

Les enfants sahraouis ont fini leurs vacances en Estremadure et sont de retour à Tindouf.

Deux jolies initiatives ont attiré l’attention de nombreux internautes sur le Web. Des crayons pour la paix (Lápices para la Paz) offrent aux enfant qui vivent dans une zone de conflit armé des crayons, des fournitures scolaires, et une belle histoire dans une cannette recyclée [en espagnol] :

Y aquí mismo, a pesar de la situación de exilio permanente, están ellos, con sed de aprendizaje, sonriendo y siendo felices a pesar de todo. A pesar de que el suelo de la escuela no es uniforme y alguna mesa esté coja..,de que la pintura de las paredes se caiga por la tremenda erosión de este lugar…, ellos siguen pintando con sus ceras maravillosas, la palabra libertad.

En un rincón del aula veo un bote.

Es una lata de leche en polvo. Y de él salen unos bonitos brotes verdes. Pregunto qué es y los niños entusiasmados me dicen: – ¡¡Son lentejas, son lentejas!!.

El profesor sonríe: – « Es una forma de que ellos sepan que el mundo no es sólo desierto y un lugar donde apenas existen las plantas. Día a día todos los niños vigilan los brotes para que nunca les falte el agua. Siempre hay que tener presente la esperanza… »

Et ici, en dépit de l’exil permanent, ils sont avides d’apprendre, ils sourient et sont heureux en dépit de tout – en dépit du sol gondolé de la salle d’école et des bureaux branlants …de la peinture sur les murs qui s’effrite, à cause de l’érosion très importante…mais ils dessinent toujours le mot de liberté avec leurs merveilleux crayons. Dans un coin de la salle de classe, je vois une boite. C’est une boite de lait en poudre. Et de cette boite, de superbes brins verts avec des feuilles poussent. Je demande ce que c’est, les enfants s’écrient avec enthousiasme : Ce sont des lentilles, des lentilles !!!!

Le professeur sourit: – « C’est une façon de leur dire que le monde n’est pas seulement un désert, un lieu ou presque rien ne pousse. Les enfants doivent prendre soin de leurs plantes tous les jours et veiller à ce qu’elles ne manquent jamais d’eau. Il faut toujours garder l’espoir …  »

Quant à l’autre initiative, il s’agit de Refugees Exhibition, qui a eu lieu dans des bars en Espagne tout au long de l’été pour réunir des fonds et aider les Sahraouis.

Durant cet été, des enfants ont découvert l’Espagne, vécu avec leurs familles d’accueil, d’autres sont restés dans les camps de réfugiés mais ont pu voir Javier Bardem ailleurs que sur un écran. Des petites touches d’une enfance normale, au milieu d’un conflit. Ils ont aujourd’hui recommencé l’école, dans les camps, avec leurs nouveaux crayons et un nouveau monde de mots.

Billet d’origine publié par Renata Avila