Chroniques de Marc Fernandez

Marcos Fernandez

Choose your language for this page :



Chroniques de Marc Fernandez 3

« La ville qui tue les femmes. Enquête à Ciudad Juárez« 

Quand le web devient un support pour le documentaire

25-11-2005
Jean-Christophe Rampal et Marc Fernandez viennent de sortir un documentaire « La ville qui tue les femmes. Enquête à Ciudad Juárez » ainsi qu’un livre du même nom. Pour animer leur documentaire, ils ont créé un site web multimédia. A l’occasion de la journée mondiale pour l’élimination de la violence contre les femmes, nous leur donnons la parole sur ce nouveau concept de « webdocumentaire ».




Marc, vous venez d’achever un documentaire « La ville qui tue les femmes. Enquête à Ciudad Juárez« . Pouvez-vous nous en dire plus ? Sur quoi porte-t-il ? Qui l’a réalisé ? Qui l’a diffusé ?

Nous avons enquêté pendant deux ans avec Jean-Christophe Rampal sur cette histoire, l’un des faits-divers les plus terribles de ces dernières années. Plus de 400 femmes assassinées et 500 disparues à Ciudad Juárez, une ville à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis. Nous avons publié un livre, chez Hachette Littératures, doublé d’un documentaire, « La ville qui tue les femmes. Enquête à Ciudad Juárez ». Résultat de plusieurs voyages là-bas, nous avons passé près de 4 mois sur place pour tenter de comprendre ce qui s’y passe, pourquoi dans cette ville on tue des femmes en toute impunité. Le film de 52 minutes a été diffusé sur Canal Plus en octobre dans l’émission « Lundi Investigation ». Nous l’avons réalisé avec un journaliste français qui vit au Mexique, Jean-François Boyer, réalisateur depuis une vingtaine

d’années.

Image

Vous prolongez le documentaire TV et le livre par un site web. Vous proposez ainsi un « webdocumentaire ». Qu’est-ce que l’internaute va y trouver et quel est l’intérêt par rapport au documentaire hors ligne ?

A notre connaissance, c’est la première fois en France qu’un tel projet est mis en route. Ce site est conçu comme un véritable complément au film et au livre. Durant ces nombreux mois d’enquêtes, nous avons amassé beaucoup de documents (papiers, sons, photos, vidéos) que nous ne pouvions utiliser ni dans le livre ni dans le film. L’idée est donc de les mettre à disposition des internautes. Il permet aux lecteurs du livre de mettre un visage sur les noms des personnes qui interviennent dans cette histoire, d’entendre les témoins, les familles des victimes, les policiers, juges et activistes, mais aussi de voir des photos de la ville, de découvrir cet endroit, symbole de la mondialisation sauvage avec plus de 200 usines délocalisées. Tout le monde n’est pas abonné à Canal Plus, donc les gens qui n’ont pu voir le film y trouvent leur compte en image, nous avons réalisé trois petits films avec les rushs du documentaire. L’idée marche aussi dans l’autre sens. Un internaute peut cliquer sur le site et avoir envie d’acheter le livre par la suite. Pour nous, il s’agit là de l’avenir pour les livres d’enquêtes. C’est un véritable plus et un vrai outil journalistique.

Quels sont vos futurs projets ?

Pour l’heure, je continue mes diverses collaborations en tant que pigiste, notamment à Courrier International. Jean-Christophe a pris la rédaction en chef du magazine Ulysse. Et nous avons quelques projets d’enquête en commun bien sûr, en Espagne et en Amérique latine. Ainsi que l’envie d’écrire un autre livre, mais rien n’est encore décidé.

Plus d’infos : www.lacitedesmortes.net






> PLAY <
Ciudad Juàrez n°1 – Anapra